Implanter sa société crypto en Suisse, la bonne idée ?

L’implantation géographique d’une société joue un rôle clé dans l’attractivité auprès des clients, la confiance accordée à un projet ou même sur les possibilités de crédits ou de levées de fonds. Pour réaliser cet article, je me baserai sur la société que nous sommes en train de créer avec mon équipe entrepreneuriale. C’est une fintech avec les deux pieds dans le monde des cryptomonnaies. Dans un premier temps, nous ciblons le marché européen.

Dès lors, quel serait le pays le plus intéressant pour implanter une fintech dans les cryptomonnaies ?

La Suisse, un pays aux données intéressantes

Dans un premier temps, le marché cible est l’Europe, il apparaît donc logique que notre société soit basée sur ce continent pour faciliter les échanges, la communication et la confiance. En Europe, plusieurs pays sont viables pour la création d’une société fintech : la France, l’Allemagne, les pays nordiques (Suède, Norvège…), la Suisse, Malte ou encore l’Estonie. Pourtant, la Suisse apparaît comme étant le pays le plus privilégié pour les fintech qui travaillent sur les cryptomonnaies.

La Suisse est un pays de l’Europe centrale avec une population de plus de 8,5 millions d’habitants. C’est un pays multiculturel qui partage ses frontières avec de nombreux pays européens. Son système politique est stable et basé sur le consensus, ce qui lui permet de proposer une démocratie très directe. Le pays étant divisé en cantons, les responsabilités politiques et administratives sont partagées à différents niveaux et cela facilite les prises de décisions. Nous connaissons également tous sa neutralité face aux conflits mondiaux.

Le Produit Intérieur Brut (PIB) de la Suisse est de $705 milliards en 2018, ce qui correspond à un PIB par habitant de $83000. Ce PIB par habitant fait de la Suisse le 4ème pays le plus productif sur le plan monétaire. La dette publique brute représente moins de 50% de son PIB et l’inflation dans le pays est très faible : entre 0,5 et 2%, notamment grâce à l’utilisation de leur propre monnaie nationale ce qui leur permet de ne pas être assujetti aux variations de l’Euro.

Sur le plan du travail, en Janvier 2020, seulement 3,3% de la population est au chômage, c’est l’un des plus faible niveau en Europe. Entre 2015 et 2018, la Suisse a connu une augmentation de 5,74% sur les créations de sociétés et le canton de Zoug, particulièrement, a connu une augmentation de 38,9% ! Zoug est le canton privilégié des fintech dans les cryptomonnaies et il a même était renommé “Crypto Valley”.

Le canton de Zoug

Finalement, son Indice de Développement Humain (IDH) est très haut : 0.944 (en 2018), ce qui le place en 2ème position mondiale ! Le pays offre également un haut niveau d’éducation pour tous.

De part ces données et le cadre de vie très agréable, la Suisse semble donc être un pays à privilégier pour implanter une fintech dans les cryptomonnaies​. Mais qu’en est-il du cadre réglementaire lié aux cryptomonnaies ? En effet, cette activité nécessite un cadre très clair et précis mais également attractif pour les entrepreneurs.

Un cadre réglementaire attractif

Pour débuter une activité de fintech, le cadre réglementaire est déjà efficace dans la plupart des pays européens mais quand nous ajoutons la notion de cryptomonnaie, ce cadre devient tout de suite beaucoup plus flou et moins optimal.

Par exemple en France, il y a encore quelques mois, les banques refusaient l’ouverture d’un compte bancaire et les entrepreneurs ne pouvaient donc pas commencer leur activité.

En Suisse, la politique générale est basée sur l’adage “tout ce qui n’est pas interdit est autorisé” et cela a grandement facilité le développement des start-ups dans les cryptomonnaies ainsi que la création d’un cadre réglementaire clair et attractif.

Dès 2013, deux grandes sociétés se sont installées dans le canton et elles ont participé au développement de la réglementation liée à leur activité. L’écosystème s’est développé très rapidement et la canton de Zoug a par exemple accepté les paiements en bitcoin pour l’obtention de documents administratifs dès 2016.

Surtout, cette réglementation, ce n’est pas qu’un taux d’imposition faible – le taux d’impôt sur les sociétés est inférieur à 12% dans le canton de Zoug – mais bien la création d’un écosystème d’entrepreneurs et de politiques qui travaillent ensemble pour trouver le juste milieu entre régulation et innovation. Par exemple, l’existence de banques privées comme Falcon Private Bank ou Swissquote qui soutiennent l’écosystème, a été un énorme bond en avant par rapport à ces voisins européens.

Très récemment, nous avons pu voir la FINMA (l’organisme de “gendarme financier” de la Suisse) accueillir à bras ouvert le projet de Facebook, Libra​. Alors même que Facebook est une entreprise américaine, ils ont choisi de baser leur activité dans les cryptomonnaies en Suisse, notamment grâce à cette réglementation très simple et attractive.

Création d’un écosystème crypto-entrepreneur

Finalement, l’attractivité de cette région a permis aux start-ups et fintechs du monde entier de se retrouver en un seul et même endroit. Cela a particulièrement facilité la création d’un véritable écosystème.

Un écosystème qui se développe

Aujourd’hui, 2 sociétés sur 3 dans le milieu des cryptomonnaies ont une structure en Suisse et c’est donc une localisation de choix pour tout entrepreneur qui souhaite se lancer. La présence de nombreux partenaires (et concurrents) est un bénéfice certain : partage d’informations, associations et think-tank sur le domaine, accès à des individus et des services au plus proche de la réalité… Même le gouvernement conseille et accompagne les entrepreneurs dans leurs activités.

Conclusion

Pour conclure, la Suisse, pays bancaire par excellence prend le leadership de l’univers blockchain et à mon avis, c’est le pays le plus intéressant pour implémenter une fintech dans les cryptomonnaies.

La Suisse offre un cadre réglementaire intéressant, possède les caractéristiques d’un pays attractif et la présence de nombreux partenaires ne peut qu’être bénéfique. De plus, il existe dans tout le pays une certaine bienveillance vis-à-vis des entrepreneurs du milieu des cryptomonnaies.

Etudiant et entrepreneur en herbe, je découvre et développe mes connaissances au fil de mes expériences. 🚀 Vous avez un projet ? Discutez en avec moi !

One Comment

Commentaires